Retour

Vos pires bourdes vestimentaires

Dans cette newsletter, pas de conseils « style & morpho » mais des histoires cocasses qui vous interpelleront sûrement. Vous vous en doutez, je récolte un stock d’anecdotes liées aux vêtements. Pas question de dévoiler mes échanges avec les personnes que je conseille, c’est privé et intime. Mais dans les boutiques et lors de nos échanges ici ou là, je garde les oreilles et les yeux bien ouverts.

De quoi compléter les  perles publiées sur mon blog il y a quelques années. Je suis sûre qu’elles ne vous laisseront pas indifférentes !

Après un tri de penderie, j’ai apporté des vêtements à une association. Sauf que j’ai fait une erreur de carton : j’ai offert mon stock de fringues d’été dont mes robes Isabel Marant et Petite Mendigote que j’aimais tant. Je pleure encore. Michelle

Je suis arrivée au resto où j’avais rendez-vous avec une copine : elle avait un pull léopard et moi un slim léopard. J’ai fait demi-tour pour m’acheter un jean !Murielle

J’étais très très pressée, je n’ai pas voulu ôter mes chaussures pour essayer un pantalon. Et crrrraaac… J’ai juste dit à la vendeuse que ça n’allait pas. J’ai tellement honte que, depuis, je fais un détour pour éviter la boutique. Anonyme

J’ai dit à ma chef qu’il fallait être dingue pour claquer 350 euros dans des baskets. Oups, elle avait les compensés Isabel Marant aux pieds ! Anonyme

Je rêvais depuis longtemps d’une blouse rose vif sans jamais la trouver. En vacances dans un club, un employé me demande si « cette blouse rose oubliée sur un transat » est à moi. Après deux secondes, d’hésitation, je dis oui. La blouse que je cherchais !! Je l’ai rapportée dans ma chambre, excitée et terrifiée par mon mensonge. Le lendemain, je l’ai reposée au hasard, sur un transat, j’avais tellement honte ! Elle y est restée toute la journée. Personne n’a osé prendre le transat, ni la blouse abandonnée. Tant pis, je préfère avoir des regrets !! Sabine

J’adorais cette robe noire et jaune néon parfaitement assortie à mon bronzage. Un vrai rayon de soleil m’avait dit la vendeuse. Jusqu’au jour où je l’ai étrennée en réunion. Depuis, quand je m’énerve au boulot, on me lance : Arrête de stresser Maya l’abeille ! SoniaAdo, pour me faire pardonner une de mes crises, j’ai repassé la nouvelle tunique Pleats Please Issey Miyake de ma mère. Le truc qui ne doit jamais se repasser !!! Ça m’a pris deux heures. Et valu une grosse engueulade de ma mère qui n’a jamais pu rattraper ma bêtise. Clarisse

Je trouvais cette robe en dentelle trop sage. J’ai coupé la doublure niveau mi-cuisse pour que l’on voit juste une partie de mes jambes en transparence. Sauf que j’ai trop coupé : maintenant, on voit ma culotte ! Carole

J’ai passé la journée en oubliant de boutonner le décolleté de mon chemisier. Y compris pendant une réunion zoom ! Et comme après le premier confinement, j’ai tendance à zapper le soutien-gorge, je vous laisse imaginer le spectacle ! Anonyme

Le jour où j’ai voulu devenir zen, j’ai distribué la moitié de ma penderie. Mais pourquoi me suis-je débarrasser du trench Burberry de ma mère ?!!! Anonyme

Oui, je l’ai fait. J’ai demandé à la vendeuse si je pouvais porter tout de suite ma nouvelle robe. Et je l’ai rapportée le lendemain. J’avais changé d’avis. Ah bon, c’est mal ? Anonyme

Il est affreux ce sac ! Tu l’as gagné à la kermesse de l’école de ta fille, ai-je lancé à une amie croisée dans la rue. Pas de bol, j’ai aussitôt compris qu’elle était accompagnée du créateur de la mocheté. Ah c’est donc lui le jeune talent dont elle me bassinait les oreilles depuis des semaines !… Depuis, les fringues sont devenues sujet tabou entre nous. Sarah

Aux dernières soldes, j’ai entassé mes nombreux achats dans un sac H&M pour faire croire à mon mari et à ma fille  que j’avais « juste » acheté des fringues de sport. Débile de ne pas assumer mais bon… Sauf qu’ils m’ont demandé de leur montrer ma tenue de sport  et que je suis incapable de mentir. Annie

Quand j’hésite, je planque la chose derrière un portant pour que personne ne la trouve. La honte quand une vendeuse m’a regardée avec des yeux ronds en train de tout retourner comme une folle pour retrouver la robe planquée deux heures avant ! LaurenceJ’adorais un top mais l’étiquette me grattait atrocement, j’ai alors décidé de couper l’étiquette… mais j’ai du couper trop court, et j’ai du recoudre le tee-shirt après ! Adi

J’achète une veste en soldes : ravie je la mets pour aller à un rencard lorsque la personne en face de moi me fait remarquer que j’avais toujours l’étiquette soldée qui pendait à ma manche ! Yza

Lors d’un de nos déménagements, j’avais eu l’idée saugrenue de mettre mes vêtements et chaussures dans de grands sacs poubelle très résistants par soucis de stockage. Lors du déménagement, pensant nous rendre service, mon beau-père transporte tous les sacs à la déchèterie pensant que c’était les ordures liées au nettoyage…  glurp. Bien que j’ai couru à la déchèterie dés l’info, je n’ai rien récupéré. Irréel…. Anonyme

Ma coloc rompt avec son boy-friend et lorsque celle-ci rentre chez elle le soir, elle ne retrouve plus dans son shoesing qu’un seul soulier de chacune de ses paires qu’elle vénérait … Elle ne les a jamais retrouvées, il avait tout mis à la benne. Anonyme

Ma pire gaffe mode ? Découper une pure robe vintage des années 40s, en pensant l’utiliser comme patron… Je me suis bien loupée!! Résultat : patron inutilisable et plus de robe (qui en plus venait de ma mère!). L’horreur. Stelda

Shopping de Noel, les alarmes rugissent quand je sors d’une librairie. Les vigiles vident tous mes 56 sacs devant les gros yeux des badauds avant de finalement me dire: ça doit être votre soutien-gorge. Certains ont des étiquettes qui déclenchent nos alarmes…. Ariane

Une robe Sessun que j’ai essayé à l’envers, sous le regard médusé de la vendeuse… elle était décolletée dans le dos mais j’ai cru que c’était le devant. Je l’ai achetée, en rentrant et regardant les photos du modèle sur internet je me suis rendue compte de ma bourde… Capucine.

Et pour finir, une anecdote personnelle :

Je reçois mon costume en velours à fleurs Boden quelques minutes avant de partir en rendez-vous. Il me plaît tellement que je décide de le porter tout de suite : quel style ! Je fais vite, je dois traverser Paris. Au milieu du déjeuner, Géraldine Dormoy – alors responsable éditoriale de L’Express Styles.fr – fixe le bas des manches de ma veste et éclate de rire : dans la précipitation, j’avais oublié d’ôter le papier blanc qui entourait chacun des boutons !

Découvrez aussi :